Les jolies journées d’été inondées de soleil ont fait place au froid et à la grisaille de l’hiver. Au beau milieu de la forêt de chênes de la SAINTE BEAUME le LUTIN BOVELO COACH PRESIDENT tourne en rond de souches gelés en roches glacées de givre, sont éternel perfectionnisme le tiraille . Que faire pour faire encore mieux, faire plus beau, pérenniser, l’esprit sans renoncer aux valeurs originales de la troupe. Bien sûr il ne sera jamais serin, mais il semble lui manquer quelque chose. Il soulève les mousses, retourne les tas de feuilles mortes, court autour des arbres comme un pistard dans une américaine, avance, repart, saute, Il cherche une petite touche de bonheur pour compléter le tableau, affiner la perspective. Pas simple cette maladie du toujours plus.

Pourtant toute l’année durant, les LUTINS BOVELO couverts de leurs tuniques violettes ont franchis dans l’effort des vallons parfumés de lavande et embaumés de thym. Ils ont escaladé, essoufflé des cols aux rochers calcaires, agressifs et décharnés de végétation. Ils ont descendu des pentes au bitume accueillant, à la limite du raisonnable .Ils ont enfilé des longues lignes droites contreventées de Mistral. Ils ont traversé à allure modérée des villages médiévaux, perchés au flan des coteaux . Ils ont flirté avec les embruns méditerranéens des bords de mer azuréens. Ils ont slalomé entre les voitures, dans nos villes inciviques, et irrespectueuses du droit à l’usage intelligent de la route . Ils ont partagé le bonheur de se retrouver sur leurs machines pour transpirer, s’essouffler, se dépasser. Ils ont pacifiquement envahi le dortoir de la colo vintage, délire de potaches attardés, en liberté. Ils ont jonglé avec les heures les minutes et les secondes, pour gérer les enfants, les mamans, les patrons, les clients, les amis, la famille. Ils se sont alignés dans les courses ou les cyclosportives, le dossard tendu d’espoirs. Ils sont même parvenus à lever les bras au ciel en franchissant les premiers la ligne blanche du bonheur, trace matérielle ultime de la jouissance sportive, marquée à la hâte sur le noir de la route. Ils ont salué, respecté les autres concurrents et les officiels, sans qui le sport serait un rêve impossible .Ils ont répondu fidèlement aux initiatives de l’association, devoir d’adhérents, opposés à la consommation sportive égoïste.Ils ont laissé partir impuissants des LUTINS BOVELO sans trop comprendre.

De quoi réjouir le LUTIN BOVELO COACH PRESIDENT.

LUTIN BOVELO LUDO TRI  CHERCHEUR, s’était avec classe et orgueil ,approprié le critérium d’hiver entre glace et pluie de février. Le LUTIN BOVELO d’ANTIBES alluma la mèche et commença la cueillette de bouquets, un régal de stratégie de course, le métier et l’envie quoi de plus simple. La compagnie des LUTINS BOVELO solidaire et dévouée, entourée de turquoises, réussie plutôt bien son organisation du TOUR DU REGAGE. LUTIN BOVELO CHRISTIAN CHAUFFEUR DE BUS retrouve l’envie et fait son numéro dans un championnat départemental, ou LUTIN BOVELO PIERRE SPONSOR visita le bitume dans la douleur. Au passage il partagea la galipette avec LUTIN BOVELO LOLO CHEF DES COUREURS ,qui malgré cette mésaventure , nous offrit encore une saison pleine de courage ponctuée de quelques belles places .le LUTIN BOVELO BRUNO GENDARME SYMPA a géré au millimètre le blog de l’association.

Malheureusement dans la bagarre de la vie quotidienne, on perdit de vue LUTIN BOVELO ERIC DE LA DEMESURE avalée par sa grue, LUTIN BOVELO KIKI DE L’EPAULE EN VRAC  bloqué par une opération, LUTIN BOVELO BRUNO DU COUDE FRAGILE  retardé dans sa préparation mais bien présent en fin de saison, LUTIN BOVELO MAX DOU PLACO ,en recherche active , LUTINE BOVELO FLO LA CLASSE ,et LUTINE BOVELO NATH EN PAUSE , toutes les deux en année sabbatique de compétition .

Les associés de la dent creuse LUTIN BOVELO CHICCO DE L’ETAPE DU TOUR, et LUTIN BOVELO PILOU DE LA 911 présent le plus souvent dans nos sorties.

A la fin mai ,les villages du LUBERON accueillirent la fougue et la joie ,de la belle équipe pour la seule course à étapes régionale. Belle fierté de voir LUTIN BOVELO FLAMMAND ROSE DE LA BEDOULE, LUTIN BOVELO OLLIVE RAGOUT DE LA BEDOULE ,au mieux de leur envie ,LUTIN BOVELO THIERRY HENRI DE LA MAURELETTE ,en débutant enthousiaste, mais malchanceux ,LUTIN BOVELO PATRICE DE l’ARMOIRE A GLACE , et LUTIN BOVELO JEAN – LUC DE LA DECONTRACTE motivés comme des juniors ,LUTIN BEAUVELO GUY d’ANTIBES ,en grégario pour son ami ,et LUTIN BOVELO BASTIEN FILS DE ,qui ouvrit son compteur places et quel compteur , les aiguilles s’affolent vite pendant l’été des podiums pour commencer et vite 2 victoires dans la foulée .Quel feux d’artifice !!!

Quel métamorphose, quel chemin parcouru ,depuis le casse-croute 2012 et un début de carrière cycliste avec le poids de 2 en vélos en plus .Stage galère 2012 à la limite du capot de la voiture de LUTIN BOVELO BERNARD DES LASAGNES .Une saison à rouler ,et à lutter avec les vieux démons du régime troisième mi-temps .Un apprentissage douloureux bien soutenu par le groupe ,et d’un seul coup en 2013 la récompense .Des débuts prometteurs au printemps et la révélation à la compétition .

Soudain dans la forêt une voie murmure …. « Que cherches tu LUTIN BOVELO COACH PRESIDENT, tes vieilles jambes te font tant souffrir, que la douleur te masques l’évidence ? » « Tes gamelles t’ont atteint la vue au point de ne rien apercevoir ?».

La récompense de tes années de passion est là devant toi.

La vaccination a mis du temps à prendre, mais l’atavisme a fini par triompher .Une main tendue vers le ciel pour PEPE ANGELO ….et le relai est assuré.

Arrête de tourner ton cerveau dans tous les sens l’année est belle .La troupe est joyeuse et intacte d’esprit.

Comme dans tous les contes les choses se terminent bien .La LUTIN BEAUVELO COMPAGNIE a fait son maximum pour demeurer cohérente avec nos valeurs, malgré les accros de la vie, les gamelles, et leurs conséquences, n’ont pas diminué physiquement les victimes, tous sont debouts, en pleine maitrise de leurs moyens, et toujours heureux de se réjouir du bonheur des autres, et de se retrouver ensemble.

Restez debout, c’est encore la meilleur façon d’être droit.

Joyeux Noël et bravo. Merci

Christian

 

 

Retour à l'accueil