Je vous propose une sortie du souvenir

Nous irons rendre hommage (en s’arrêtant boire un café) à nos chers amis disparus 

TRANQUILE, PEINARD, et PEPERE 

Hommes de bonne volonté qui voulaient simplement rouler de temps en temps à vélo sans se mettre minable

Nos amis morts aux champs d’honneur de la bicyclette de courses .Celui ou dès qu’il à deux cyclistes, c’est le quart de roue, le compteur qui monte le cardio qui s’affole.

Nos pauvres collègues perdus dans les côtes, explosés sur les faux plats, nos amis qui petent dans les bouts droits à blocs.

Regrettés apprentis coursiers qui avant d’apprendre le maniement du dérailleur, mettent en marche les balises de détresse.

Nos défints régulateur d’allure, débordés par les champions du monde de l’entrainement dans les 100 dernier mètres des bosses.

Nos oubliés éducateurs qui expliquent en vain que la course c’est le dimanche.

Nos contemplatifs qui le temps d’observer nos collines nos plages, nos rivages, nos villages, se retournent et se trouvent largués.

A tous nos morts partis sur l’hôtel de la fanfaronnade de la mégalomanie, de l’orgueil de l’égoïsme et autres jolis défauts propres au sport cycliste.

Alors bordel de merde de non de dieu demain, et tout l’hiver on roule TRANQUILE, PENARD, PEPERE,

Retour à l'accueil